blogoclub

 

si_cest_un_hommeSi c'est un homme de Primo Levi    coeur26

Titre original : Se questo è un uomo

Traduit de l'italien par Martine Schruoffeneger

Editions JULLIARD, Pocket, 1987 pour la traduction française.

Quatrième de couverture :

On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce. C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur. Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité.       Angelo Rinaldi

 

"Si c'est un homme occupe une place centrale dans la littérature de témoignage sur l'extermination des Juifs d'Europe et l'univers concentrationnaire."      J.-B. Marongiu - Libération

Mon avis :

"Primo Levi est né à Turin en 1919. En 1942, après des études de chimie, il s'installe à Milan. Il est arrêté comme résistant en févirer 1944, puis déporté à Auschwitz, où il restera jusqu'en février 1945, date de la libération du camp par les Soviétiques."

Ce témoignage livré de façon simple, sobre, est empreint d'une force et d'une dignité extraordinaires. Primo Levi nous explique ici sa survie quotidienne au camp d'Auschwitz : froid, faim, épuisement, humilitations, maladie, lutte de chaque minute pour survivre. Mais au delà encore, il a voulu mettre en évidence le méticuleux et implacable procressus de déshumanisation mis en place par les nazis à l'égard des Juifs : des hommes coupés du monde, auxquels on a volé leur famille, leurs souvenirs, leurs biens, leur image, leurs repères, leur dignité. Il n'est pas décrit dans ce livre de scènes spectaculaires de violence mais pourtant la violence envers l'homme est omniprésente, parfois claire, parfois sournoise.

La lecture de ce livre est très accessible. Le récit proprement dit est suivi d'un appendice d'une quarantaine de pages, écrit en 1976, où Primo Levi répond aux questions qui lui ont été le plus fréquemment posées.

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune du Blogoclub consacrée à l'Italie.