chouette_une_rideChouette, une ride ! - Agnès Abécassis
Editions Calmann-Lévy, 2009, 255 pages


Quatrième de couverture : Jusqu'à présent, ma vie était hyper plan-plan.
Genre marmots, boulot, dodo, sauf que pour moi, le boulot ça se passe à la maison, scotchée à un clavier d'ordinateur.
Ben oui, mon job, c'est écrivain (célèbre).
Mais dernièrement, tout a basculé :
- un beau gosse dans la rue m'a appelée "madame" ;
- il m'a fallu une traduction simultanée pour comprendre ce que me disait une ado ;
- une vendeuse mielleuse m'a suggéré une crème anti-âge ;
- j'ai surpris des copines en train de trafiquer leur date de naissance.
Et là, d'un coup, j'ai réalisé que j'avais déjà trente-six ans.
C'est-à-dire techniquement, presque quarante.
Donc bientôt cinquante.

A votre avis, je fais quoi ? je déprime ou je positive ?


Le livre est écrit à la 1ère personne du singulier, mais il s'agit d'une fiction, la narratrice se nomme Anouchka Davidson. La quatrième de couverture  est assez révélatrice du style de l'auteur. Néanmoins, derrière une écriture volontairement fantaisiste, voire loufoque, j'ai senti des accents de réalisme bien réels.

La preuve, sur la liste citée en quatrième de couverture, si je devais noter les situations que j'ai déjà rencontrées, je pourrais tout cocher. A votre avis, je déprime ou je positive ;-) ?

    Les points positifs de ce livre :

    - Enfin un livre sur la quarantaine (ou la fin de la trentaine) qui fait rire et non déprimer.

    - Le sujet est traité avec un sens aigu de l'auto-dérision. Le personnage principal ne se prend pas au sérieux, elle a des petits défauts qui la rendent réelle et attachante. Elle sait rire des petites misères que la vie et le temps nous infligent. C'est assez rafraichissant,  parfois franchement émouvant derrière le ton désinvolte.

    - J'ai aimé la façon assez peu conventionnelle dont le roman est rédigé : extraits du roman en cours d'écriture de la narratrice, agrémentés de pseudo-ratures qui viennent pimenter le texte ; retranscriptions de conversations sur Internet. Le tout donne à ce livre un ton résolument moderne.

    Deux  petites réserves de ma part :

    - Le ton est  enlevé, dynamique, plein de fantaisie et mais parfois très familier. Lors de certains passages j'ai eu un peu de mal quand même avec les "chiennasse" et autres épithètes du même genre, même si je comprends bien que c'est de l'humour.

    - J'aurais bien accompagné Anouchka un peu plus longtemps, et aimé voir  plus développés ces petits tourments de la quarantaine ... mais le livre y aurait peut être perdu en légèreté. Alors pour une fois que quelqu'un arrive à nous faire rire avec cela depuis l'inénarrable Nicole de Buron (dont je vous parlerai un jour ;-), je ne vais pas trop me plaindre.

Un petit extrait pour le plaisir :

    Allez, avant de rentrer, je vais me faire un petit plaisir : un saut à la parfumerie d'à côté pour m'offrir quelques poignées de sels de bain aromatisés aux senteurs  gourmandes, ou même, s'ils en ont, au vivifiant parfum de la mer Morte.   
    Aguichée à l'idée de cette relaxation aquatique, je pénètre dans la boutique et trouve immédiatement les cristaux convoités. Mes nioutes vont certainement m'en piquer, alors je choisis pour elles, sur l'étagères du dessus, un pot de perles de bain joliment nacrées. (Dans lequel je piocherai aussi en douce, il n'y a pas de raison.)   
    Au moment de régler, la vendeuse, une grande gigue rousse au sourire mielleux, ajoute dans mon sac aux couleurs de la marque quelques échantillons de parfum à tester.
    Je la remercie sans y penser en rédigeant mon chèque, et, une fois dans la rue, me hâte de rentrer.

    [...] Un rapide signe de tête pour la saluer, et vite, je me consacre à la découverte des fragrances gratuites glissées dans mon sac.
    Plongeant la main à l'intérieur, j'en ressors trois échantillons, que j'inspecte avec curiosité.
    Le premier est un minuscule tube de soin coup de jeune contour des paupières. Aucun intérêt, je le laisse retomber dans le sachet. Le deuxième est un petit flacon, cette fois rempli de soin antirides contour des lèvres. Agacée, je le lâche à la suite de son inutile jumeau. le troisième, vous allez rire, est un spray miniature contenant un sérum anti-âge aux agents liftants.
    Je t'en ficherais, moi, des agents liftants.

Vous allez rire, mais ça m'est arrivé, c'est pour cela que j'ai choisi ce passage :-) ... je préfère en rire :-D

 

Petit bonus : Chaque chapitre s'ouvre sur une citation, pour la plupart assez cocasses et/ou pertinentes, d'une personne célèbre.

Si vous avez un peu de patience, vous découvrirez qu'on peut utiliser les immenses ressources du Web pour perdre son temps avec un efficacité que vous n'auriez jamais osé imaginer. - Dave Berry

Il est très difficile de faire entrer une femme dans sa quarantième année.
Et plus difficile encore de l'en faire sortir
. - André Roussin

J'ai découvert ce livre sur le blog d' Eve qui présente aussi d'autres oeuvres de l'auteure.

agnes_abecassisQuelques mots à propos de l'auteur : (quatrième de couverture)  Agnès Abécassis, elle, au moins, n'a jamais caché son âge, elle est née le 16 mars. Suite à quinze années d'études (en comptant depuis le CP), elle est devenue journaliste, scénariste et  illustratrice.

Après Les tribulations d'une jeune divorcée, Au secours, il veut m'épouser ! et Toubib or not toubib, elle signe ici sa quatrième comédie déjantée.

Retrouvez Agnès Abécassis sur son site internet : www.agnesabecassis.com